MAISONCELLES s/AJON

Canton de Villers-Bocage

Les habitants de la commune sont des Maisoncellais, Maisoncellaises


Mai 1870   -   Fait divers.  -  Le 5 de ce mois, vers deux heures du soir, un incendie, dont les causes sont inconnues a consumé la couverture en chaume d'une maison d'habitation, située commune de Maisoncelles-sur-Ajon, appartenant au sieur Désiré Lemullois, cordonnier. La perte, évaluée à 430 fr.

 

Avril 1871   -  Fait divers.   -  Par suite d'une erreur dans les renseignements fournis à l'administration la commune de Banneville-sur-Ajon a été classée au nombre des localités atteintes par le typhus des betes bovines. Il importe de rectifier cette indication erronée. La commune de Banneville-sur-Ajon a été épargnée jusqu'à présent par l'épizootie régnante, mais, il n'en a pas été de même de la commune de Maisoncelles-sur-Ajon, où deux cas de typhus se sont déclarés pendant le mois d'avril, et dont le nom a été omis dans la nomenclature des localités atteintes, jointe à l'arrêté préfectoral du 22 avril 1871.  

 

Mars 1874   -   Giboulées de mars.  -  Les prédictions de M. Sainte-Claire Deville se sont réalisées. Du 9 au 13, avait dit le directeur des stations météorologiques, nous aurons un grand abaissement de température, avec neige et grésil, et le 9, la neige commençait à tomber. Dans la campagne, elle a atteint une épaisseur de plusieurs centimètres, mais elle a fondu rapidement.

 

Mars 1874   -   Débits clandestins.  -  La gendarmerie a constaté l'existence, à Fontaine-Etoupefour, canton d'Evrecy, de deux débits clandestins tenus : l'un par le sieur François Lhôtellier, l'autre par le nommé Charles Marie, épiciers. 

— Procès-verbal a été également rédigé contre la femme Simon, pour avoir ouvert, à Maisoncelles-sur-Ajon, un débit de boissons.  

 

Août 1876   -  Parents, veillez !  -  Lundi, vers cinq heures du soir, une petite fille âgée de 21 mois nommée Gabrielle-Jeanne-Victoire Olivier est tombée accidentellement dans une fontaine de 1 mètre 70 de profondeur, située au bord d'un chemin d'exploitation, allant de Gournay à Maisoncelles-sur-Ajon. 

Quand la petite fille a été retirée par sa mère, elle avait cessé de vivre.  

 

Août 1915  -  Équipes agricoles.  -  Le Préfet du Calvados croit utile de rappeler aux maires qui ont dans leur commune des équipes de travailleurs militaires qu'ils n'ont nullement le droit d'accorder à ces soldats des permissions pour se rendre soit chez eux, soit ailleurs. En le faisant ils engageraient gravement leur responsabilité. Les militaires, de leur coté, s'exposent à de très sévères punitions s'ils s'absentent de la commune, où ils ont été envoyés, sans une permission régulièrement délivrée par leurs chefs de corps.

Il importe que de part et d'autre, la période de séjour des équipes soit considérée comme une période de travail intensif et non comme une période de repos à la campagne. Les soldats qui travaillent en ce moment à la récolte des moissons remplissent, comme ceux qui se battent sur le front, un devoir national.

 

Août 1915  -  Exemple à suivre.  -  Le Maire de Maisoncelles-sur-Ajon, petite commune de 140 habitants, a recueilli chez ses administrés la somme de 2.250 fr en or, qui a été versés à la Banque de France.

 

Août 1926  -  Demande de subvention.  -  Le Conseil général du Calvados, adopte les propositions de M. le Préfet pour la répartition de la somme de 5 600 francs, pour subventions aux communes en vue de les aider à acquitter les dépenses de réparation aux maisons d'école et aux mobiliers scolaires. La somme de 5 600 francs proposée se répartit ainsi qu'il suit :  Maisoncelles-sur-Ajon, — Réparation à la maison d'école 300 fr.

 

Décembre 1941   -   Avis à la population.   -   Le chef des Services régionaux de transmission des troupes d'occupation a pris l'arrêté suivant : « Des aviateurs anglais lancent depuis quelque temps au-dessus des départements du Calvados, de l'Orne et de la Manche des pigeons-voyageurs et invitent la population française à renvoyer ces pigeons avec des nouvelles.

Nous espérons que la population française, songeant aux graves conséquences de son geste, ne se prêtera pas à cette manœuvre, mais livrera ces pigeons et tous leurs accessoires au bureau militaire allemand le plus proche ou à la mairie.

A l'avenir, toute personne qui livrera des pigeons-voyageurs ou le matériel servant à la transmission des nouvelles ou au lancement à terre du pigeon recevra une récompense par l'intermédiaire des Feldkommandanturs des départements du Calvados, de l'Orne et de la Manche.

Je compte sur la loyauté de la population et j'attends de toute personne qui découvrira des pigeons-voyageurs, etc., qu'elle les remette sans délai aux autorités allemandes ».

 

Janvier 1942   -   Tickets de sucre.   -   Les tickets spéciaux de sucre de 50 gr. du 4e trimestre 1941 (titre C. 185) ont leur validité prorogée jusqu'à nouvel ordre, et seront employés pour les régimes concurremment avec les nouveaux tickets de 500 gr. du Premier trimestre 1942 (titre C. 205)

 

Janvier 1942   -   Les tickets de charcuterie.   -   Le Préfet a arrêté que les tickets BA et BB de la feuille de viande du mois de janvier 1942 auront chacune une valeur de 90 gr. Ils seront utilisés en principe pour la charcuterie.

Les tickets-lettres, BC, BD et BE de cette même feuille sont provisoirement sans valeur.

 

Mai 1942   -   Fait divers.   -   Encore un abattoir clandestin vient d'être découvert à Ifs, près de Caen, par un agent de police.

Roger C......, 29 ans, manœuvre, a avoué avoir acheté un veau pour 600 un cultivateur de Maisoncelles-sur-Ajon. Il a été arrêté. Sa soeur Mme B......, mère de 6 enfants et séparée de son mari a été laissée en liberté provisoire.

TYPES NORMANDS  -  COUR DE FERME

Servantes rentrant de traire les vaches  -  Ouvriers revenant du travail

Commentaires et informations

Facebook @