UN SIÈCLE D'HISTOIRE DU CALVADOS

1

PERTHEVILLE - NERS 

Canton de Falaise 

Les habitants de la commune sont des ....

Mars 1848  -  Le drapeau.    -   ( 6 mars ) Considérant que le drapeau de la France est le signe visible de l'unité nationale.

Considérant dès lors que la forme du drapeau national doit être fixée d'une manière invariable.

Arrête : Art. 1er . — Le pavillon, ainsi que le drapeau national, sont rétablis tels qu'ils ont été fixés par le décret de la Convention nationale du 27 pluviôse an II, sur les dessins du peintre David.

Art. 2. — En conséquence, les trois couleurs nationales, disposées en trois bandes égales, seront à l'avenir rangées dans l'ordre suivant : le bleu attaché à la hampe, le blanc au milieu, le rouge flottant à l'extrémité. (source Journal de Honfleur)

 

Mars 1848  -  Le gouvernement provisoire de la république décrète : 1e La journée de travail est diminuée d'une heure.

En conséquence, à Paris, où elle était de onze heures, elle est réduite à dix et en province, où elle avait été jusqu'ici de douze heures elle est réduite à onze. (source Journal de Honfleur)

 

1858  -  La fusion.  -  La commune résulte de la fusion en 1858 de Pertheville (259 habitants) et de Ners (113 habitants).

 

Novembre 1866   -   La migration.   -   On ne se rappelle pas avoir vu passer dans notre pays, comme depuis ces jours derniers, autant d'oiseaux venant des contrées septentrionales, surtout des cigognes, des grues et des hérons. On doit voir là l'indice précurseur d'un hiver précoce et rigoureux.   -   On ne se rappelle pas avoir vu passer dans notre pays, comme depuis ces jours derniers, autant d'oiseaux venant des contrées septentrionales, surtout des cigognes, des grues et des hérons. On doit voir là l'indice précurseur d'un hiver précoce et rigoureux.

 

Novembre 1866   -   Les étoiles filantes.   -   Les astronomes comptent sur de magnifiques pluies d'étoiles dans les nuits des 12 et 13 de ce mois.

A cette époque de l'année, on voit généralement un grand nombre d'étoiles filantes. Mais on ne verra pas, dit-on, avant la fin du siècle, un spectacle céleste aussi brillant que celui de cette année.  

 

Novembre 1866   -   Un décret.   -   Par décret impérial du 24 octobre dernier, le trésorier de la fabrique de l'église succursale de Pertheville-Ners et le bureau de bienfaisance de cette commune sont autorisés à accepter, chacun en ce qui le concerne, le legs fait à ladite fabrique par la dame veuve Lamarche de Saint-Julien, et consistant en une rente annuelle et perpétuelle de 250 fr., à la charge de faire célébrer deux messes basses par semaine, et avec stipulation que l'excédent de la somme nécessaire pour l'acquit de ces messes sera distribué aux pauvres.  

 

Août 1884  -  Coup de couteau.    L'autre dimanche, trois individus qui sortaient d'une auberge, à Pertheville-Ners, se prirent de querelle en vantant leur force. Bientôt s'engagea une rixe dans laquelle le sieur Albert Noël a donné trois coups de couteau à un sieur Edmond Malfilâtre et deux coups à un sieur Morand jeune. Le sieur Albert Noël a été arrêté et écroué à Falaise.  

 

Septembre 1890  -  Suicide et non crime.  -  Le bruit a couru à Falaise qu'un garde-chasse venait d'être assassiné dans la forêt de St-André. La nouvelle était inexacte, il s'agissait tout simplement d'un suicide. Louis Besnier, 40 ans, demeurant à Pertheville-Ners, garde particulier de M. Chadeau, s'était suicidé en se tirant un coup de revolver dans la tempe. Le revolver était à côté de lui. Dans un billet, il déclarait se donner volontairement la mort par suite de contrariétés de famille. Cet homme avait des habitudes d'intempérance qui ont dû atteindre ses facultés intellectuelles, il laisse une  veuve et deux jeunes enfants. (Source : Le Bonhomme Normand) 

 

Avril 1893  -  Les voleurs de bestiaux.  -  Une vache, appartenant à M. Lemaitre, maire de Pertheville-Ners, a été volée dans l'herbage où elle était parquée à la Hoguette. Cette vache, âgée de 4 ans, maigre, marquée sur une corne des lettres J. et L., vaut 180 fr. (Source : Le Bonhomme Normand) 

 

Septembre 1897  -  La chasse entravée.  -  Favorisée par le temps, l'ouverture a été bonne partout. Beaucoup de perdrix, moins de lièvres et très peu de cailles.

— MM. les maires de Sassy, Morteaux, Pertheville-Ners, Fresné-la-Mère, Villy, Jort, etc., ont fait publier que la chasse est interdite sur leur territoire, pour tous les étrangers qui n’auraient pas versé, entre les mains du maire, une somme, de 10 francs pour le bureau de bienfaisance.

— D'autres maires interdisent la chasse aux personnes qui n'ont pas pris de permis à la mairie de la commune. Si tous les maires en faisaient autant, les pauvres chasseurs, dont les droits sont déjà très restreints, ne sauraient plus où poser le pied.

— D'ailleurs, nous ne saurions trop répéter que les maires qui agissent ainsi excèdent leurs pouvoirs et s'exposeraient dans certains cas a être poursuivis comme concussionnaires. Nous sommes convaincus que le préfet ignoré ces faits, sans cela il y aurait certainement mis bon ordre.

A là préfecture du Calvados on a délivré 396 permis de chasse de plus qu'en 1896 et on a entré moins de gibier. A Caen, en 1896, on a déclaré, les deux premiers jours, 215 lièvres ; 4 147 perdrix et 363 cailles. En 1897, 180 lièvres ; 4 536 perdrix, 199 cailles. (Source : Le Bonhomme Normand) 

 

Février 1900   -   Victime du travail.  -   Le jeune Butemps, 18 ans, de Pertheville-Ners, était occupé à abattre un arbre avec deux ouvriers. Au moment où arbre tombait, le jeune homme voulut se garer, mais il glissa des deux pieds et l'arbre lui fracassa la tête, le tuant sur le coup. (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Avril 1900   -   Un Sous-Préfet qui fait son devoir.  -  Ce n'est pas seulement à Pertheville-Nérs, mais dans toutes les communes où il passe, que M. Blet, le nouveau sous-préfet de Falaise, est reçu au branle-bas des cloches. L'arrondissement est aux anges, car, depuis quinze ans, il n'avait pas été à pareille fête. M. Hippeau le Volage, ni Buquet le Ventru, ni Canchy le Rat ne l'avaient visité en détail comme le fait M. Blet.

Aussi est-il reçu partout à bras ouverts. Il y a aussi une autre raison : le nouveau sous-préfet est un « gars » normand ; son père est maire de Carcagny.  (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Août 1900   -   Morte d’une piqûre.  -  La femme Raymond Saint-Martin, garde-barrière à Pertheville, près Falaise, est morte après avoir été piquée à la jambe par une guêpe. (Source  : Le Bonhomme Normand)  

 

Août 1900   -   Blessé par son croissant.  -  Le nommé Beauvais, garde-barrière à Pertheville, près Falaise, en taillant la haie bordant le chemin de fer, est tombé sur son croissant et s'est blessé grièvement au genou. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

 Juin 1901   -   En tombant d’un arbre.  -  Des enfants, revenant de l'école de Pertheville-Ners, arrondissement de Falaise, jouaient à grimper sur les arbres, lorsque l'un d'eux, le jeune Beauvais, tomba sur le sol les bras en avant qui furent cassés net. (Source : Le Bonhomme Normand) 

 

Février 1903   -   Accidents.  -   Le sieur Emile Lemercier, 30 ans, journalier à Pertheville-Ners, près Falaise, a été renversé par une vache devenue subitement furieuse. Dans sa chute, il s'est cassé une jambe.

— Le sieur Oscar Noël, 30 ans, domestique à Damblainville, près Falaise, qui conduisait des chevaux à l'abreuvoir, a été renversé et piétiné par l'un d'eux. Il a eu plusieurs côtes brisées. (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Octobre 1903  -   Lâche agression.   -   Rémy Legris, 21 ans, et Raoul Gougeon, 18 ans, après avoir été boire dans des débits, se sont introduits, dans la nuit de dimanche, chez le sieur Saint-Julien, 82 ans, à Pertheville-Ners, près Falaise, qui habitait seul.

Le vieillard, en entendant du bruit, s'est levé, mais il fut aussitôt terrassé et frappé à coups de souliers ferrés. Heureusement, on accourut à son secours et les voleurs prirent la fuite. Legris, qui parait être celui qui a frappé M. Saint-Julien, nie tout, son complice avoue, en disant qu'il faisait simplement le guet.

Legris, dont le père est au Bon[1]Sauveur, devait partir pour le service. (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Octobre 1903  -   Bouilleurs de cru.   -   Au ministère des finances, on a décidé que, pour le Calvados, les propriétaires de 35 pommiers ou 20 poiriers et au-dessous bénéficieraient de l'amendement à la loi sur les bouilleurs de cru et seraient dispensés de toutes formalités. (Source : Le Bonhomme Normand)  

 

Novembre 1903  -   Accidents.   -   Le sieur Etienne était occupé à monter, à la gare de Ouistreham, un baril de ciment dans une voiture. Celle-ci basculant soudain, le baril roula sur le malheureux qui tomba sur le sol, assez grièvement blessé.

 — En passant sur un arbre, à Pertheville-Ners, près Falaise, le sieur Azaël Poirier, journalier à St-Pierre-du-Bû, est tombé d'une façon si malheureuse qu'il s'est rompu une jambe.

— Le sieur Victor Vivien, domestique à Falaise, est tombé sous les roues de sa voiture lourdement chargée. Il a eu de graves contusions à l'aine et une fracture du fémur.

— A Soulangy, près Falaise, le sieur Valentin, domestique chez M. Lebailly, s'est fracturé l'épaule en voulant arrêter un cheval emballé attelé à un banneau. (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Juin 1915  -  Morts glorieuses.  -  Sont morts pour la patrie : MM. Jules Louvet et Louis Despois, de Viessoix ; Paul Guérin, de Bayeux, soldat au 235e ; Henri Surville, de Montchamp,  soldat au 128e ; Émile Durand-Viel, de Honfleur, neveu de feu Albert Sorel, de l'Académie Française ; Alfred Beauvais, de Pertheville-Ners, du 161e ; Eugène Mouchel, domestique à Bayeux ; Amand Pain, instituteur à Colleville-sur-Orne, sergent au 36e, fils du directeur de l'école de la rue du Général-Decaen ; D'AIvimare de Feuquères, capitaine, et Pierre de Longuemare, lieutenant, tous deux du 236e.

 

Septembre 1915  -  Morts au champ d'honneur.  -  Charles Besnier, tué le 20 novembre 1914 ; Alfred Beauvais, tué le 20 avril ; Oscar Meneut, décédé à l'Hôtel-dieu de Rouen, le 11 juin 1915 ; Eugène Girard, mort le 19 juin 1915.  

Disparus.  -  Maxime Ridel, disparu le 29 août 1914 ; Louis Thomas, disparu le 22 août 1914. 

 

Novembre 1916  -  Formalités !   -  Comment se fait-il donc que les familles des braves, morts pour la patrie, aient tant de peine à recouvrer les sommes trouvées dans les vêlements de leurs chers défunts ? Un de nos concitoyens, qui a perdu son fils au front, a toutes les peines du monde à se faire rendre les 329 francs que le pauvre garçon portait sur lui, restes  d'une somme que son père lui avait remise en partant ? On a pourtant renvoyé ses autres effets. 

Pourquoi aussi exige-t-on des familles de blessés frappés au champ de bataille, mais morts seulement plus tard, à l'hôpital, des droits de succession, alors qu'avec raison on en dispense celles des tués pendant l'action ? Il y a là des mystères bureaucratiques à éclaircir.

 

Novembre 1916  -  Gare aux ruades.   -  Le jeune Belge Gérard Soetaert, 17 ans, au service de Mme Girard, de Pertheville-Ners, canton de Falaise, a reçu, en plein front, une ruade d'un cheval qu'il menait à l'abreuvoir. Il a eu une légère fracture du crâne. Son état est satisfaisant.

 

Juillet 1929  -  La température.  -  La chaleur après laquelle tout le monde aspirait en raison des vacances et pour la maturité des récoltes, est survenue brutalement. Et c'est  maintenant une température torride que nous avons à subir, avec des 30° et même plus à l'ombre.

L'absence de vent rend encore cette chaleur plus difficile à supporter et les travaux des champs sont devenus très pénibles dans cette véritable fournaise. 

Cependant, mardi, le ciel commençait à se couvrir et l'orage semblait proche. Espérons que des pluies viendront rafraîchir la température, mais souhaitons cependant qu'elles ne soient pas trop fréquentes et que nous ayons un été suffisamment sec.

 

Septembre 1929  -  La sécheresse.  -  Le temps magnifique dont nous jouissons a aussi ses inconvénients. Aux cas d'insolation toujours possibles et aux véritables souffrances physiques que cause une température aussi élevée, il faut ajouter le manque d'eau qui commence à inquiéter sérieusement les agriculteurs.

Non seulement, il ne pleut pas depuis plusieurs jours, mais l'année presque entière a été d'une sécheresse inaccoutumée. 

A la campagne, les cultivateurs qui n'ont pas de source sur leur propriété, ou de puits, sont obligés d'aller chercher l'eau à la rivière pour les besoins de leur ménage et pour abreuver les bestiaux, et de la faire charrier à des distances quelquefois très grandes, d'où une gêne sensible et des dépenses considérables.

Les villes ne sont pas moins à plaindre. Pour abattre la poussière et donner un peu de fraîcheur dans les rues, elles sont obligées de faire arroser, ce qui grève incontestablement le budget.

 

Février 1939   -   Encore un Conseil municipal qui démissionne.   -  A la suite de divers incidents, provoqués par des erreurs depuis longtemps commises dans la comptabilité commerciale et récemment relevées par un édile, les membres du Conseil municipal ont adressé leur démission à M. le Préfet du Calvados.  (Source  : Le Moniteur du Calvados)

 

Mai 1941   -  Avis à la Population.   -   La Feldkommandantur du Calvados rappelle à la population que toute personne découvrant soit sur la voie publique, soit dans une propriété privée des objets ou imprimés suspects, tels, par exemple, que des tracts jetés par avion, doit en faire la remise à l'autorité militaire allemande la plus proche.

 

Juillet 1941   -  Victimes d'insolation.  -  Les fortes chaleurs que nous venons de subir ont fait deux morts dans la région de Falaise. A Falaise même, Mme veuve Abel Larue a été prise d'un malaise comme elle rentrait chez elle et a expiré peu après. A Pertheville-Ners, M. Oscar Thomas, ancien combattant, est mort de la même façon.

Dans la région de Bayeux, à Mosles, M. Alfred Catherine, 69 ans, qui rentrait de la pêche, a, été soudain frappé de congestion et foudroyé sur le coup, au lieu dit « Le Danube ». Le corps du malheureux a été découvert par M. Lamy.

Commune de PERTHEVILLE-NERS

Souvenir de l'Inauguration du Monument aux Morts  -  6 Novembre 1921

Commentaires et informations : Facebook @