SOIGNOLLES

Canton de Brettevilles-sur-Laize 

Les habitants de la commune sont des Soignollais, Soignollaises


Mars 1868   -   Un incendie.   -   Le 3 courant, à cinq heures du matin, un incendie dont les causes sont inconnues, a consumé un corps de bâtiment à usage d'habitation, de grange, de cellier, appartenant au sieur Frédéric Hébert, aubergiste à Soignolles.  

 

Mai 1870   -   Fait divers.  -  Samedi dernier, vers 2 heures du soir, le nommé Jean-Jacques Graffé, âgé de 78 ans, cultivateur à Soignolles, a été trouvé mort dans un champ, à environ 400 mètres de son domicile, il a succombé à une attaque d’apoplexie foudroyante.

 

Janvier 1896  -  Attention.  -  Le ministre vient d'ordonner que les auteurs d'acte de cruauté ou de mauvais traitements excessifs envers les animaux, soient rigoureusement poursuivis, ainsi que les personnes qui se servant de chien pour faire traîner leurs camions. (source B. N.)

 

Février 1896  -  Tribunal de Falaise.  -  Anne Richard, 34 ans, chiffonnière, sans domicile fixe, outrages à agents. 8 jours.

— Jules Fontaine, 20 ans, né à Cauvicourt, sans domicile fixe, chasse à l'aide d'engins prohibés, 4 mois et 100 fr. d’amende.

— Emile Plattier, 31 ans, journalier à Olendon, et Louis Gougy, 18 ans, journalier à Barbery, chasse à l'aide d'engins prohibés. 50 fr. chacun.

— Charles Marie dit Domino, 26 ans, conducteur de bestiaux à Bretteville-sur-Laize, récidive d'ivresse, 5 fr.

— Jacques Vasnier, 24 ans, journalier, à Soignolles, destruction de clôture et injures, 30 francs.

 

Juillet 1898  -  Incendies.     Le feu s'est déclaré, à Sainte-Marguerite-de-Viette, près Saint-Pierre-sur-Dives, dans un bâtiment à usage d'étable, appartenant au sieur Bertheaume, propriétaire à Moutiers-Hubert, et exploité par le sieur Couture, cultivateur. Tout l'immeuble a été la proie des flammes. Les pertes, évaluées à 3 000 fr. pour le propriétaire et à 150 fr. pour le fermier, sont assurées. 

— Incendie de deux lits, d'une armoire, d'une table, d'une horloge et de linge aux époux Paul Chenel, bûcherons à Saint-Sever. Pertes : 100 francs. 

— Une maison inhabitée, appartenant au sieur Bouillard, demeurant à Soignolles. près Bretteville-sur-Laize, a été brûlée. Perte 1 700 francs. Assuré. (source le B. N.)

 

Mars 1907  -  Voleur arrêté.  -  M. Jules Auvray, cultivateur à Soignolles, était prévenu, mercredi l'après-midi, qu'on venait de voir un vagabond s'introduire dans la maison de son oncle.

Il s'y rendit aussitôt et vit un individu qui, en l'apercevant prit la fuite. M. Auvray le poursuivit, afin de fuir plus vite, le vagabond lâcha un sac qu'il avait sur le dos et qui contenait deux poules et une feuille de zinc qu'il venait de voler. M. Auvray prit une voiture et parvint à rattraper le fuyard.

C'était un marchand de peaux de lapins, de Falaise, Victor Leraitre, âgé de 17 ans. Depuis deux mois, il avait quitté la demeure de sa grand'mère et vivait de vagabondage. Leraitre a été arrêté. (source M. du C.)

 

Août 1907  -  Encore un crime.  -  Décidément notre département est en passe de détenir le record peu enviable de la criminalité.

Cette fois, c'est à Soignolles petite localité du canton de Bretteville-sur-Laize, comptant 104 habitants, qu'un crime a été commis. Dans la matinée de mercredi, un jeune homme de Bretteville-le-Rabet, âgé d'une trentaine d'années, M. Fouques, se trouvait dans le bois de Soignolles quand, pour des motifs encore inconnus, il fut tué d'un coup de feu par un journalier, Auguste Bouillard, 45 ans.

Le parquet de Falaise, aussitôt prévenu, se rendit sur les lieux du drame, où il procéda à la reconstitution du crime. Bouillard avoua son forfait sans manifester la moindre émotion. Il fut écroué à la prison de Falaise. Le corps du malheureux Fouques a été transporté à Bretteville-le-Rabet, au domicile de sa mère chez laquelle il habitait.   

 

Avril 1926  -  Encore un grave incendie.  -  Un sinistre à des causes inconnues s'est déclaré en plein bourg de Soignolles à la grande ferme exploitée par M. Émile Hubert, cultivateur.

Vers 5 heures du soir, le domestique Grégoire Ernest, chargeait un tombereau de fumier dans la cour lorsqu'il entendit un bruit de tuiles et en même temps il aperçut de la fumée sortant de la bergerie, il alla voir et en effet la bergerie était en feu. Ou donna l'alarme, les pompiers de St-Sylvain et les gendarmes accoururent, mais, il était trop tard, deux bâtiments longs, l'un de 43 mètres, l'autre de 33, furent la proie des flammes, on ne put que préserver lestiments voisins 84 moutons, une dizaine de mille de bottes de paille, 6 tonneaux pleins de cidre, un pressoir, un moteur électrique, une grande quantité de betteraves, des machines agricoles, etc…, furent détruits.
Les pertes pour M. Hubert, qui est assuré, dépassent 50.000 francs ; pour la propriétaire de la ferme, Mme  Desmonts, 150.000 francs, il y a des assurances. Une enquête est ouverte. C’est le 4e  incendie qui éclate dans cette contrée depuis peu.

 

Février 1945  -  Les prêts aux cultivateurs sinistrés.  -  Les cultivateurs sinistrés des communes de Rouvres, Maizières, Condé-sur-Ifs, Vieux-Fumé, Magny-la Campagne, Le Bû-sur-Rouvres, Soignolles, Ouilly-le-Tesson, Ernes, Olendon, Perrières et Sassy qui désirent obtenir un prêt spécial à moyen terme pour 13 ans avec intérêt à 1,50 % en vertu de l’ordonnance du 17 octobre 1944, peuvent s’adresser à M. Robine, maire de Rouvres, président ou à M. Lesénéchal, notaire à Maizières, secrétaire de la caisse locale de Rouvres, qui leur donneront tous renseignement.  

 

Mars 1946  -  L’imprudence d’un enfant.  -  Une meule de 6 000 kilos de paille appartenant à M. Achille Bouillard, cultivateur à Soignolles, a été la proie des flammes. Le sinistre est imputable à l’imprudence du jeune Yvon D….., 12 ans, qui avait allumé un bâtonnet de poudre à proximité de la meule. (Source B. L.)

SOIGNOLLES  -  Le petit Lavoir

Commentaires et informations : Facebook - @