UN SIÈCLE D'HISTOIRE DU CALVADOS 1

ST - CHARLES - de - PERCY

Canton de Bény-Bocage 

Les habitants de la commune sont des Caro-Percyais, Caro-Percyaises

1853  -  L'histoire.  -  À la Révolution, Saint-Charles-de-Montchamp devient Montchamp-le-Petit, nom que la commune conservera jusqu'en 1853, date à laquelle elle prend son nom actuel.

 

Août 1856  -  Montchamp-le-petit, reprise de son ancien nom.  -  Un avis favorable est donné à la commune de Montchamp-le-Grand, tendant à reprendre son ancien nom.

Le Conseil général, Vu les délibérations du Conseil municipal de Montchamp-le-Grand, l'avis favorable du Conseil d'arrondissement, considérant que Montchamp-le-Petit a été autorisé à reprendre son ancien nom de St-Charles-de-Percy, supprimé par les lois de la Révolution, que la commune de Montchamp-le-Grand demande à reprendre son ancien nom de Montchamp, qu'il n'y a pas d'inconvénient à ce qu'il en soit ainsi, puisque par suite de la nouvelle dénomination donnée à Montchamp-le-Petit, il n'y a plus de confusion possible.

Est d'avis que la commune de Montchamp-le-Grand reprenne son ancien nom de Montchamp.

 

Juillet 1866   -   Un incendie.   -   Un corps de bâtiment, appartenant à M. Moisant Jacques, propriétaire à Saint-Charles-de-Percy, canton de Vassy, a été détruit, le 12 courant, par un incendie a attribué à la faute de deux enfants qui jouaient avec des allumettes chimiques.

Ce bâtiment n'était pas habité et ne contenait aucun mobilier. La perte est estimée à 500  fr.

 

Mars 1874   -   Accident mortel.  -  Le sieur Léon Pelcerf, Âgé de27 ans, propriétaire à St-Charles-de-Percy, canton de Vassy, conduisait une voiture attelée de son cheval. Le morceau de bois, appelé vulgairement chambrière, pendait au-devant de la voiture et vint frapper les pieds de derrière du cheval. Celui-ci effrayé s'emporta, et d'une ruade atteignit son maître. La mort a été presque instantanée. Le sieur Pelcerf était marié et père de famille.

 

Janvier 1893  -  Mort de froid.  -  Victor Gallet, journalier, 76 ans, a été trouvé mort sur lebord de la route à Saint-Charles-de-Percy. Le médecin a constaté que ce malheureux était mort de froid.  

 

Octobre 1893  -  Méchanceté.  -  Dans la nuit de jeudi à vendredi, on a coupé la queue d'un veau appartenant au sieur Emile Siquot, cultivateur à St-Charles-de-Percy. Depuis le mois de juillet dernier, c'est le quatrième acte de ce genre commis sur ses bestiaux. Depuis deux ans, trois cultivateurs de Montchamp, Viessoix et St-Charles ont été victimes de pareils actes. ( Source : Le Bonhomme Normand)

 

Juillet 1894  -  Mutilation d’animaux.   -  Le sieur Emile Siquot, demeurant à St-Charles-de-Percy, a déjà eu plusieurs fois des animaux mutilés. Ces jours ci, une de ses vaches a eu la queue coupée à 20 cent, de la naissance. 

— Les gendarmes de Caen, en tournée, ont arrêté deux individus qui étaient occupés à couper les queues de chevaux appartenant à M. Garnier, cultivateur à Tilly-la-Campagne. L'un des chevaux avait le bâton de la queue coupé et perdait beaucoup de sang. ( Source : Le Bonhomme Normand)

 

Août 1894  -  A quoi tiennent les choses.   -  La veuve Houel, demeurant à Saint-Charles-de-Percy, canton de Vassy, rentrait ses bestiaux dans son plant. Une vache ne voulant pas suivre les autres, la dame Houel criait à perdre haleine. A ce moment, un homme et une femme, qui s'étaient introduits chez elle en son absence pour la voler, prirent la fuite, effrayés par les cris. La dame Houel les vit s'échapper par une fenêtre, mais elle n'a pu donner leur signalement. ( Source : Le Bonhomme Normand)

 

Avril 1896  -  Suicide.  - Lundi dernier, le sieur Louis Gastebois, journalier, s'est jeté, de la route dans la rivière qui sépare la commune de Saint-Charles-de-Percy de celle de Montchamp. Il a pu être aussitôt retiré, mais il est mort au bout de quelques instants. On attribue cet acte de désespoir aux souffrances que faisait endurer à Gastebois un cancer dont il était depuis longtemps atteint. ( Source : Le Bonhomme Normand)

 

Mai 1897  -  Mutilations d’animaux.  -  De lâches individus ont coupé un trayon à une truie appartenant au sieur Lavarde, à St-Charles-de-Percy, et coupé les oreilles à un veau, appartenant à la dame Desmortreux, demeurant à Carville, ( Source : Le Bonhomme Normand)

 

Août 1898  -  Lâche vengeance ou bêtise.    Un audacieux malfaiteur a coupé, à, 15 centimètres du tronc, la queue à une vache appartenant au sieur Emile Siquot, propriétaire à St-Charles-de-Percy, canton de Vassy.

— On a blessé sous la gorge, avec un instrument tranchant, sur une longueur de plusieurs centimètres, une vache au sieur Armand Bouillet, cultivateur au Mesnil-Robert, prés Vire.

— Seize jeunes arbustes, de 6 centimètres de circonférence, ont été mutilés chez le sieur Legrain, jardinier à Pleines-Oeuvres, canton de Saint-Sever.  ( Source : Le Bonhomme Normand)

 

Mars 1903   -   Arrestation d’une jeune incendiaire.  -  La gendarmerie de Vassy a arrêté la jeune Émilienne Buffard, 13 ans, servante chez la dame veuve Bizé, cultivatrice à Saint-Charles-de-Percy. Elle s'est reconnue l'auteur de l'incendie qui avait éclaté le dimanche 24 août 1902 chez sa patronne.

Lui avant dérobé une somme de 40 francs, elle avait mis le feu pour qu'on ne s'aperçoive pas de ce vol. ( Source : Le Bonhomme Normand)

 

Mars 1903   -   Mise en liberté.  -  La jeune Émilienne Buffard, 13 ans, servante chez la dame Bizé, cultivatrice à Saint-Charles-de-Percy, près Vassy, dont nous, avons annoncé l'arrestation dans notre avant dernier numéro, pour avoir mis le feu et volé sa patronne, vient d'être mise en liberté comme n'ayant pas toutes ses facultés. (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Décembre 1903  -   Brûlée vive.   -  On a trouvé morte en son domicile à Saint-Charles-de-Percy, canton de Vassy, la dame veuve Anatolie Houel, 65 ans, ménagère. La malheureuse était tombée dans son foyer. Elle avait le visage et le buste carbonisés ; le dos d'une chaise qu'elle avait entraînée dans sa chute, était brûlé.

La dame Houel était sujette à des attaques de paralysie.  (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Août 1915  -  Morts glorieuses.  -  Sont morts pour la patrie : MM. Maurice Liard. caporal au 1er Génie ; Émile Tourgis et Gustave Bachelot, de Saint-Charles-de-Percy, soldats au 136e .

 

Septembre 1916  -  Les écoliers aux champs.  -  Le gouvernement fait appel au concours des écoliers pendant les vacances, pour les travaux de la moisson. Le transport vers les exploitations agricoles de la jeunesse scolaire des agglomérations urbaines sera fait, gratuitement, par réquisition, aux frais de l'État. D'autre part, toutes les mesures seront prises pour protéger moralement et matériellement les Jeunes gens des écoles qui auront à cœur de consacrer leurs vacances aux travaux des champs. Les élèves disposés à répondre a cet appel devront se faire inscrire soit à la mairie de leur commune, soit à la Préfecture, office départemental de placement, qui fournira tous les renseignements utiles.

 

Septembre 1916  -  Une battue S.V.P.  -  Pendant que, sur le front, nos poilus chassent le Boche, à l'arrière, les sangliers ravagent les récoltes. C'est ainsi que, dans le Bocage, on en a  vu jusqu'à dix dans un seul champ. On peut se faire une idée de l'état d'une pièce de terre après le passage de tel maraudeurs. Aussi les habitants des communes les plus éprouvées : Saint-Charles-de-Percy, Montchauvet, Montchamps, Saint-Pierre-Tarentalne et Bény-Bocage, demandent-ils instamment qu'on les débarrasse de ces hôtes gênants.

 

Novembre 1941   -   Révocations.   -  M. Vengeon. maire de Cussy, est révoqué pour avoir « répandu des bruits mensongers destinés a porter atteinte à l'autorité du représentant du Gouvernement dans le département ».  De son côté, M. Marguerite, adjoint au maire de St-Charles-de-Percy, est démissionné d'office pour avoir « observé une. attitude incorrecte à  l'égard du représentant du Gouvernement ». 

 

Février 1944    -   Fait divers.   -   Lundi, à 20 h., trois jeunes cyclistes ont abattu à coups de revolver, à son domicile, M. Fernand Margueritte. cultivateur à St-Charles-de-Percy. M. Marguerite était membre actif du P. P. F. Mainte fois il avait reçu des lettres anonymes de menaces et tout récemment, une de ces lettres ne laissait, paraît-il, aucun doute sur le sort qui lui était réservé. M. Margueritte , âgé d'une cinquantaine d'années, était père de six enfants, dont le plus jeune est âgé de 3 ans.  

 

Février 1945  -  Un cadavre.  -  On a retiré de la Souleuvre, à hauteur du Pont Rouge, le cadavre de M. Fernand Lacaine de St-Charles-de-Percy. M. Lacaine était disparu depuis le 25 janvier. On croit que le malheureux est tombé à l’eau en franchissant le pont qui est dépourvu de parapet. 

 

Novembre 1945  -  Dénonciateurs et collaborateurs devant la justice.   -  Au cours de sa dernière audience la Cours de Justice a prononcé les condamnations suivants : 20 ans de travaux forcés à Madeleine L…….., femme B….., 34 ans, de Bény-Bocage pour dénonciation.

-  5 ans de travaux forcés à la fille Madeleine M………., cultivatrice à Saint-Charles-de-Percy, pour dénonciation et collaboration, sa sœur Jacqueline s’est vue infliger la dégradation nationale perpétuelle et la confiscation totale de ses biens.

-   5 ans de réclusion et 10 ans d’interdiction de séjour à Raymond F……., 57 ans, de Saint-Gatien-des-Bois et à Lydia G……, 30 ans, de Vire, pour mouchardage.

-   5 ans  de réclusion et la dégradation nationale perpétuelle à Marguerite L…., femme L……, 21 ans, en résidence à St-Sylvain ; 2 ans de prison à sa mère Argentine R…….., 50 ans ménagère à Cerqueux, même inculpation. (source Bonhomme Libre)

SAINT-CHARLES-LE-PERCY  -  Le Château

Commentaires et informations : Facebook @