UN SIÈCLE D'HISTOIRE DU CALVADOS

1

ST - CRESPIN

Canton de Bretteville-sur-Laize

Les habitants de la commune sont des ...


Octobre 1867   -   Les présages de l'hiver.   -   Certains signes semblent présager que l'hiver qui arrive sera rigoureux. Le départ des hirondelles a été, cette année, plus précoce que d'habitude, et l'on a signalé de bonne heure des passages d'oiseaux émigrant du nord vers le sud.

Voici qu'on écrit de Clermont-Ferrand que jeudi dernier les habitants se montraient avec stupéfaction le sommet du Puy-de-Dôme couvert de neige, chose qui ne s'était pas vue, dans une saison aussi peu avancée, depuis un demi-siècle.

D'un autre côté, des télégrammes venus d'amérique annoncent que la neige a déjà fait son apparition dans la partie occidentale de l'Etat de New-York.

Comme nous venons de traverser une période De quelques années pendant lesquelles la température de l'hiver n'a point été très basse, le calcul des probabilités nous interdit de compter sur le retour d'une pareille circonstance. En outre, la terre n'ayant pas reçu une grande quantité de chaleur, elle ne tardera pas à épuiser la quantité de calories qu'elle aura reçue si la provision recueillie dans l'été n'est point entretenue par un soleil d'hiver excessivement chaud.

Il a gelé, mercredi la nuit, dans la banlieue lyonnaise. La neige a fait son apparition sur les montagnes du haut Beaujolais et de l'Izeron.  

 

Octobre 1869   -   Fait divers.   -  Le maire et les habitants de la commune de Saint-Crépin annoncent qu'ils célébreront leur fête patronale les 24 et 25 octobre. Jeux et divertissements, bal champêtre, illuminations et feux de bengale, fournis par la maison du Bonhomme normand.

 

Janvier 1876   -  Neige et dégel.  -  En 48 heures, le dégel a fait disparaître l'épaisse couche de neige et de glace qui couvrait notre département. Le dégel s’est également produit sur les autres régions de la France. Partout les cours d'eau sont grossis par le dégel, mais nulle part on ne signale aucune crue inquiétante.

 

Janvier 1876   -  Cygnes et sangliers.  -  L'arrondissement de Lisieux vient d'être visité par des animaux sauvages à poil et à plume. Quatre cygnes se sont promenés, mardi après-midi, sur le territoire de Saint-Crespin et de Granchamp, tandis qu'une autre bande s'abattait du côté de St-Maclou.

Un chasseur de Livarot, M. Bordeaux, a tué un de ces oiseaux au Pont-du-Chêne, sur la commune de Coupesarte. Trois sangliers un gros, un moyen et un petit, ont poussé tout dernièrement une excursion à travers Granchamp, se dirigeant vers Mesnil-Simon.

 

Juillet 1876   -  Maires et Mairies.  -  A Saint-Crespin, c'est M. Levasseur qui est appelé à remplacer M. Leboucher, révoqué, ce maire hors conseil, n'ayant pas voulu donner sa démission, la nomination de l'adjoint n'est pas encore connue. A Aunay-sur-Odon, M. Delaplanche fils. Est nommé maire en remplacement de M. Marie, démissionnaire, faisant partie du Conseil municipal.

 

Juillet 1876   -  Nomination.  -  M. Hauton est nommé adjoint au maire de Saint-Crespin, remplaçant M. Leboucher, adjoint, hors conseil révoqué.  

 

Février 1879   -  Peine inutile.  -   A l'occasion des prières publiques, M. le curé de Mesnil-Mauger avait fait placer dans le chœur de l'église dix-huit chaises destinées aux autorités de Mesnil-Mauger et de Saint-Crespin. Mais il paraît que si ces deux communes sont réunies pour le culte, messieurs les maires, adjoints, conseillers et gardes champêtres ne sont pas animés des mêmes sentiments patriotiques, car, le jour susdit, les autorités civiles et militaires de ces deux communes n'étaient représentées dans le chœur que par le maire et le garde champêtre de Saint-Crespin. 

 

Février 1891  -  Parents veuillez. -  Une femme Dubois, de St-Crespin, près Mézidon, dont le mari est couvreur, obligée de s'absenter de chez elle, laissa la garde de ses cinq enfants à l'aîné d’entre eux, âgé de 8 ans.

Aussitôt qu'il vit sa mère partie, le gamin passa la garde de ses frères et sœurs à son frère, de deux ans plus jeune que lui, et s'en alla à son tour. En jouant avec des allumettes, les enfants mirent le feu au mobilier et se sauvèrent, laissant leur petit frère, qui n'a pas encore 3 mois, dans la maison.

Quand la mère revint, il était trop tard, la maison était détruite et le plus jeune enfant avait été affreusement carbonisé.  

 

Avril 1899  -  Furetages.  -  Saint-Crespin et Mesnil-Manger sont deux communes voisines qui sont on ne peut plus jalouses l'une de l'autre.

Arrive-t-il quelque chose en bien ou en mal à Mesnil-Mauger, que Saint-Crespin veut en avoir autant.

Un homme de Saint-Crespin a-t-il trompé sa femme, aussitôt on apprend qu'un de Mesnil-Mauger vient de donner un coup de canif dans le contrat.

Un ivrogne de Mesnil-Mauger ne peut pas être ramassé dans les vignes du Seigneur sans que, le même jour, tout Saint-Crespin se pique le nez.

Pour les femmes, c'est la même chose. L'histoire suivante le prouve :

L'autre jour, sous un pommier de passe-pommes, on venait de surprendre une jeune femme de Saint-Crespin en train de faire l'aimable avec un gros bonnet de la commune.

— lorsqu'on apprit que, sous un poirier de bon-chrétien, une femme plus jeune encore avait été prise dans la même position avec un non moins gros bonnet de Mesnil-Mauger.

Mais pourquoi qu'elles ne se cachent pas, allez-vous me demander.

Parce qu'elles sont en « cache ».

Si vous ne comprenez pas, allez demander l'explication aux gens de Saint-Crespin ou de Mesnil-Mauger.  

 

Août 1901   -   Victimes de leur imprudence.  -  Le sieur Désiré Villeroy, 47 ans, journalier à Saint-Crespin, près Mézidon, venait de manger et était un peu pris de boisson, quand, selon son habitude, il crut faire un bel exploit en se baignant dans une mare. Ayant voulu trop s'avancer dans l'eau, quoique ne sachant pas nager, il perdit bientôt pied.

Un camarade, qui se baignait en même temps, se porta à son secours, mais il ne put le sauver et on ne retira qu'un cadavre.

— Le sieur Mottard, 68 ans, cultivateur à la Rocque, près Vassy, avait eu le tort, comme cela arrive malheureusement trop souvent, de passer autour de son bras le lien arec lequel il ramenait sa vache à l'étable. L'animal, ayant subitement pris peur, entraîna dans sa course le sieur Mottard qui a succombé aux blessures qu'il avait reçues.

— Louis Romain, 12 ans 1/2, né à Tour, près Bayeux, domestique chez M. Joly, propriétaire à Moult, revenait avec un domestique de chercher une charrette de foin. A l'entrée du bourg d'Argences, le jeune imprudent voulut monter sur la voiture en marche, malgré l'opposition du domestique, mais il glissa et tomba sous l'une des roues qui lui passa sur le corps. La mort a été instantanée.   (Source : Le Bonhomme Normand)  

 

Novembre 1901    -   Actes d’immoralité.  -   La dame Thomas, 25 ans, demeurant à Feuguerolles, se rendait au marché de Villers, lorsqu'elle fut accostée par Eugène Paulmier, 19 ans, domestique à Saint-Louet-sur-Seulles, qui voulut l'entraîner pour abuser d'elle. Paulmier tenait la femme Thomas à la gorge et la frappait, lorsque, entendant le bruit d'une voiture, il la lâcha et se sauva.

Malgré ses dénégations, il a été condamné à six mois de prison, auxquels il faut en ajouter deux pour lesquels il avait obtenu la loi Bérenger.

— Armand Duhamel, 65 ans, ouvrier charron à Orbec, est inculpé d'un attentat à la pudeur sur une petite fille âgée de 12 ans 1/2. Armand Duhamel nie énergiquement.

— La dame Agnès, demeurant à Saint-Crespin, canton de Mézidon, a porté plainte à la gendarmerie contre un individu resté inconnu qui aurait tenté de la violer sur la route.

— Plainte a été portée à la gendarmerie de Crèvecœur en-Auge par une femme Biennasez, qui a déclaré qu'elle avait été victime d'une tentative de viol par un individu aussi inconnu.

— Louis Benoît, 19 ans, journalier à Combray, près Harcourt, a été arrêté sous l'inculpation d'attentat à la pudeur commis sur la jeune Almazine Leroux, 17 ans, qui était à garder ses bestiaux dans un champ. Cette fille ne jouit pas de la plénitude de ses facultés. (Source : Le Bonhomme Normand)  

 

Juin 1904  -   Fromage à l’eau.    -   Un cultivateur de Saint-Crespin, près Mézidon, le sieur Charles Martin, vendait du lait à la fromagerie de Saint-Maclou. Ce lait, analysé, révéla une proportion de plus d’un tiers d'eau et le laitier falsificateur dut entrer en arrangement pour des dommages-intérêts. Cela n'a pas empêché le tribunal de Lisieux de le condamner à 15 jours de prison et à la publicité du jugement. (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Juin 1904  -   L’été.    Nous sommes en été depuis le 21, neuf heures du soir. Le temps est agréable, sans être aussi beau qu'il le faudrait. Il a plu le 8 juin, jour Saint-Médard ; heureusement, nous n'avons pas eu les quarante jours de pluie prévus par la légende. (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Décembre 1905  -  Découverte d'un cadavre.  -  Mardi matin, des passants ont trouvé dans un fossé bordant la route de St-Crespin à Monteille le corps inanimé d'une femme paraissant âgée de 54 ans environ et dont le bras gauche émergeait complètement de l'eau.

De l'enquête, il résulte que la mort de cette malheureuse, nommée Hélaïde Gabrie, journalière St-Crespin, est purement accidentelle.  

 

Juin 1945  -  A l’honneur.  -  Le Comité Départemental de Libération a cité à l’ordre du jour de sa séance plénière, avec inscription au procès-verbal :   M. Bosse Eugène, Saint-Crespin : « A hébergé des parachutistes alors que la ferme était entouré d’unités ennemies ».   (Source  : Le Bonhomme Libre)

St-CRESPIN,  pprés Le MESNIL-MAUGER  -  Le Calvaire

Commentaires et informations   Facebook @