ST - GABRIEL - BRÉCY

Canton de Creully

Les habitants de la commune sont des Saint-Gabriélois, Saint-Gabriéloises

Août 1872   -  Loi sur les boissons.   -  Tout détenteur d'appareils propres à la distillation d'eaux-de-vie ou d'esprits est ténu d'en faire, au bureau de la régie, une déclaration énonçant le nombre et la capacité de ses appareils.

 

Août 1872   -  La fin du monde.   -  On sait que la fin du monde avait été prévue pour le 5 de ce mois, elle n'a pas eu lieu, parce qu'elle a été, paraît-il, remise au 12 août, selon les uns, et selon les autres, au 15 août, fête de l'ex-empereur.

 

Août 1872   -  Une histoire de pompe.   -  Depuis longtemps déjà, les habitants de Saint-Gabriel, canton de Creully sont divisés en deux camps.

Les uns demandent qu'au sein du village, une mare colossale soit établie. Les autres veulent une pompe, alléguant que ce n'est pas la seringue municipale qui pourrait rendre des services en cas de sinistre.

Le citoyen Doublure est l'un des partisans les plus acharnés de ce dernier projet, et afin d'y gagner des partisans, chaque dimanche il réunit chez lui les dissidents et leur donne des leçons d'un art dans lequel il est passé maître….., celui de ….... pomper !...

Quoi qu'il advienne, disons que les orages soulevés par cette question, s'ils étaient convertis en pluie,  auraient certainement suffi à remplir la mare désirée.

Ajoutons que la création de cette mare ne nous parait pas non plus d'une grande utilité, puisque la Seulles passe au centre de la commune...

Et qu'il y a tout lieu de croire qu'elle ne tarira pas du fait des habitants, qui ont généralement la réputation d'aller se rafraîchir ailleurs qu'à la rivière.  

 

Septembre 1876   -  Taureau furieux.  -  La semaine dernière, Joseph Valois, domestique chez M. Prempain, maire de Crépon, se rendait, accompagné d'un autre homme, à la gare d'Audrieu, pour y conduire un taureau, quand en passant à Saint-Gabriel, hameau de Brécy, l'animal devenu furieux, se jeta sur lui et le pressa avec ses cornes contre le talus d'un fossé. L'individu qui accompagnait Valois, voyant le danger que courait son camarade, frappa le taureau à coups de bâton et lui fit lâcher prise. Valois, déjà sérieusement blessé, mais stimulé par la frayeur, eut encore la force de grimper dans un arbre, ainsi que l'autre homme. Mais le malheureux, épuisé par la souffrance, allait infailliblement se laisser tomber à terre et succomber sous les coups du taureau, lorsque, fort heureusement, l'animal abandonna ses deux conducteurs pour s'élancer dans un herbage où paissaient des vaches. On vint aussitôt au secours de Joseph Valois, qui avait une profonde blessure à la jambe et plusieurs côtes enfoncées, il fut transporté avec les plus grands soins à Crépon. L'état de ce pauvre garçon est assez grave.  

Septembre 1882  -  Comptes et mécomptes.  -  Les comptes de la fabrique de la commune St-Gabriel, près Creully, sont tellement embrouillés que l'intervention du parquet a été jugée nécessaire pour les tirer au clair. Et afin d'avoir sous la main tous les renseignements nécessaires, il a fait déposer à la prison de Caen le sieur Béhue, trésorier de la fabrique.

 

Mai 1890  -  Suicide.  -  On a découvert, territoire de St-Gabriel, le cadavre d'un jeune homme portant une blessure à la tête, à quelques pas de là, sur la route, un chapeau fut retrouvé. Le corps fut reconnu pour celui du nommé Périer , employé de commerce à Caen. On crut d'abord à un crime, d'autant plus qu'un paquet, de linge que portait le jeune Périer ne put être retrouvé. Mais, le parquet de Caen s'étant rendu sur les lieux, l'examen médical qu'il prescrivit a démontré que la mort ne pouvait être attribuée qu'à un suicide. Le malheureux jeune homme était, depuis assez longtemps, d'un caractère sombre et avait, à diverses reprises, manifesté l'intention d'en finir avec la vie.  

 

Septembre 1890  -  Découverte de cadavre.  -  Jeudi  on a trouvé dans une mare, à Saint-Gabriel, le cadavre de la dame Louis Lainé, 76 ans, d'Esquay-sur-Seulles. Cette mort est attribuée à un accident. La dame Lainé ne possédait plus toutes ses facultés depuis années.  

 

Août 1894  -  Les orages.   -   Depuis dix jours, notre contrée est sous le coup d'orages désastreux, les récoltes sont en souffrance, les pommes de terre se gâtent, les fruits ne mûrissent pas ou pourrissent aux arbres. La nouvelle lune parait vouloir nous être clémente. Il n'est pas trop tôt. (source B. N.) 

 

Août 1894  -  La Cocotte.   -  Dans divers cantons de la Manche, limitrophes du Calvados, la fièvre aphteuse prend un tel caractère envahissant que le préfet a pris un arrêté interdisant l'introduction dans le Calvados des animaux des espèces bovine, ovine, caprine et porcine de la Manche. (source B. N.)

 

Août 1894  -  Attentats à la pudeur.   -  Camille Lacour, 44 ans, journalier à St-Gabriel, profitait des absences de sa femme pour se livrer sur sa fille, âgée de 9 ans, a de monstrueux attentats. La fillette, une névrosée, se laissait faire sans rien dire. Il n'y a donc pas eu de violences, et Lacour n'est condamné qu'à 2 ans de prison. (source B. N.)

 

Septembre 1900  -  Tentative de meurtre. -  Samedi dernier, le garde-champêtre de creully,  le garde particulier de M. Delacour, maire et un garde particulier de Lantheuil, se trouvaient réunis, vers 10 heures du soir, au bois dit " Le Galété ", lorsqu'ils aperçurent deux braconniers. Pendant que le garde champêtre s'avancait sur l'un deux, le garde de M. Delacour crut devoir tirer en l'air un coup de revolver pour appeler l'attention des gendarmes. Le second braconnier, croyant sans doute que l'on tirait sur son camarade, a fait feu sur le garde-champêtre, qui a été blessé légèrement. Les auteurs de cet acte criminel sont soupçonnés.  

 

Janvier 1913  -  Le Château.  -  Mme Rachel Boyer, du Théâtre Français, vient d'acquérir le château de Brécy, à 4 km de Creully. Ce château date du XVIe siècle et est précédé d'une porte monumentale et d'un jardin style Louis XIV attribué à Mansart. Il doit être restauré par M. Ruprich Robert.

 

Avril 1914  -  Les monuments historiques du Calvados. -  Voici, d'après le officiel, la liste des immeubles classés parmi les monuments historiques avant la promulgation de la loi du 31 décembre 1913, pour le département du Calvados : 

Biéville-sur-Orne : Église ; Bougy : Église ; Boulon : Portail de l'église ; Brécy : Château ; parties classées : le Portail formant entrée de la cour, les façades du corps de logis à l'exclusion des intérieurs, les dispositions architectoniques et décoratives du jardin ; Bricqueville : Église ; Cagny : Chœur de l'église ; Campigny : Tour de l'église ; Cheux : Église ; Cintheaux : Église ; Colleville-sur-mer : Église ; Dives : Église ; Douvres : Clocher de l'église ; Luc-sur-mer : Clocher de l'église, Croix en Pierre (1662) dans le cimetière ; Maizières : Église ; Maltot : Chœur de l'église ; Mèzidon : Église du Breuil ; Mondeville : Église ; Mosles : Église ; Mouen : Église ; Mutrecy : Portail nord de l'église ; Norrey : Église ; Ouistreham  : Église ; Ouville-la-bien-Tournée : Église ; Parfouru-l'Eclin, Clocher et pignon oriental du chœur de l'église ; Rosel : Clocher de l'église ; Rots : Église ; Rouvres : Église ; Rucqueville : Église ; Ryes : Église ; Saint-André-d'Hébertot : Église, façades, Douves et parterre du château ; Saint-Contest : Église ; Saint-Gabriel : Restes du prieuré ; Saint-Hymer : Église ; Saint-Loup-hors-Bayeux : Église, etc....

Octobre 1930   -   Au Centre d'Apprentissage Horticole.   -   M. Henry Chéron, sénateur, président du Conseil général, accompagné de MM. Le comte d'Oilliamson, conseiller général du canton de Creully, Delacour, maire de Saint-Gabriel, ont visité, jeudi dernier, le Centre d'Apprentissage Horticole de Saint-Gabriel où il furent reçus par M. le directeur-fondateur de l'établissement , M. Fauchier-Delavigne.

Ils ont étudié avec ce dernier les conditions auxquelles les enfants désignés par le département pourraient y être admis, sous la simple forme d'une participation au prix de journée en ce qui concerne ces enfants.

On est tombé d'accord sur les éléments très simples de la convention à soumettre au Conseil général. Elle permettrait d'admettre dix élèves la première année, vingt la seconde, 30 la troisième.

L'extension du Centre d'Apprentissage Horticole de Saint-Gabriel facilitera la formation des jardiniers, maraîchers et horticulteurs, ainsi que l'avait demandé l'Assemblée Départementale et les diverses sociétés d'horticulture du département.  

 

Avril 1931  -  École d’horticulture.  -   Conformément à la décision de principe prise au cours de la dernière session, une délégation du Conseil général s'est rendue à Saint-Gabriel, pour visiter le centre d'apprentissage horticole fondé par M. Fauchier-Delavigne et rechercher si une entente pouvait s'établir entre ce centre et le département, afin de diriger, vers l'établissement que M. Fauchier-Delavigne a créé de ses deniers, des élèves jardiniers. Il faut faire le plus grand éloge de l'initiative de notre honorable concitoyen. Le centre est installé dans l'ancien Prieuré des moines de l'Abbaye de Fécamp. Cette installation est remarquable. Tout est aménagé pour un bon enseignement horticole. L'instruction technique est donnée par des horticulteurs très compétents.

M. le Préfet a soumis un projet de convention d'où il résulte que M. Fauchier-Delavigne prend l'engagement de recevoir au centre d'apprentissage horticole de Saint-Gabriel, les jeunes apprentis jardiniers, horticulteurs ou maraîchers, qui lui seront envoyés par le département du Calvados. Il devra en recevoir 10 la première année, 20 la seconde et 30 la troisième. Ces enfants devront avoir au moins 12 ans accomplis, être pourvus du certificat d'études primaires ou posséder une instruction suffisante pour suivre avec profit les cours donnés. Ils devront fournir un certificat de vaccin et un certificat médical. M. Fauchier-Delavigne assurera à ses frais l'entretien des élèves, leur nourriture saine et substantielle, leur logement et couchage, la fourniture et l'entretien de leurs vêtements de travail et d'intérieur, le lavage et le blanchissage de leur linge. Seuls, les vêtements de sortie seront fournis par les familles ou, s'il y a lieu, par le service des enfants assistés. M. Fauchier-Delavigne se charge également de l'assurance contre les accidents et des soins médicaux et pharmaceutiques, à l'exception des cas de maladies contagieuses ou d'affections nécessitant des interventions chirurgicales ou des traitements par spécialités. Il assurera à ses frais l'enseignement théorique et pratique, le paiement des professeurs et du personnel, les fournitures scolaires, bref, les frais généraux de toute nature de l'établissement, y compris l'entretien des bâtiments et leur assurance, ainsi que celle du mobilier contre l'incendie. Le département contribuera uniquement et sans aucune autre responsabilité au pris de journée des élèves placés au centre horticole au compte du département, sur une décision du Préfet du Calvados. Cette contribution sera de la moitié du prix de journée, sans que cette proportion puisse dépasser 5 fr. 50 par jour et par élève. La durée de l'apprentissage sera de trois ans.

Le présent contrat est proposé pour 3 ans à partir du 1er septembre 1931. M. le Préfet du Calvados à passer avec M. Fauchier-Delavigne, propriétaire du centre d'apprentissage horticole de Saint-Gabriel (Calvados).

 

Août 1944  -  La récupération du bétail.  -  La direction des services agricoles communique : Deux centres de récupération de bétail ont été créé à Cully et à Saint-Gabriel. Les agriculteurs seront priés de se rendre dans ces communes avant le 10 août 1944 pour reconnaître et récupérer les animaux qui leur appartiennent.

 

Avril 1946  -  La série continue. -  Au cours de la nuit, quatre prisonniers allemands travaillant chez M. Paillaud à Creully, M. Portier et Mme Pézerit à Saint-Gabriel, se sont évadés de leur Kommando, sans beaucoup de peine dit-on. (Source B. L.)

Le prieuré  de Saint-Gabriel  -  Porte d'entrée

65.  Environs de Bayeux

St-GABRIEL.  -  Le Château

88  Châteaux du Calvados                Porte du Château de BRÉCY
Le prieuré  de SAINT-GABRIEL-BRECY
PRIEURE SAINT GABRIEL (Calvados)  -  École d'Horticulture

Commentaires et informations  :  Facebook @

920 ans d'histoire du prieuré