UN SIÈCLE D'HISTOIRE DU CALVADOS 1
ST - LAURENT - du - MONT

Canton de Mézidon-Canon

Les habitants de la commune sont des Laurentais, Laurentaises

Mars 1867   -   Le printemps en avance.   -   La végétation est tellement avancé dans notre contrée que les abricotiers sont en fleurs. D'ici huit jours au plus, les poiriers et les guiguiers vont épanouir leurs boutons nombreux cette année. Si la fin de l'hiver et le commencement du printemps sont favorables, il y aura une récolte abondante.

L'herbe pousse...... Les gros bœufs reparaissent...... Les dindes s'en vont avec les gras jours.

Mai 1867   -   Le printemps.    -   Hosanna!!!...   Ou en d'autres termes, pour ceux de mes lecteurs qui ne comprennent pas le patois !    Quelle chance !!!...

Le joli mois de mai vient enfin de prendre dans un des douze compartiments du zodiaque, la place qui lui est assignée depuis un temps immémorial.

Il a même fait son entrée parmi nous, escorté de 24 degrés de chaleur.

Pour un printemps avancé, celui-là peut se flatter de l'être... il tient sans doute à marcher sur les brisées de son siècle.

De cette température franchement exceptionnelle, il a surgi des phénomènes sont nombre.

La végétation a pris à Caen une activité tellement subite, tellement irrésistible, qu'un épicier de la rue Saint-Pierre a eu le pied traversé par la soudaine irruption d'une asperge, au moment où notre homme bourrait tranquillement sa pipe dans le jardin qu'il possède dans les Champs-Saint-Michel. Je sais qu'au premier abord, se fait vous paraîtra invraisemblable, mais au second.....

Juin 1867   -   Réparation des édifices religieux.   -   Voici la liste des communes du Calvados auxquelles M. le ministre des cultes vient d'accorder des secours, pour aider aux réparations de leurs édifices religieux :

300 fr.à Tracy-sur-Mer ; 400 fr. à Saint-Sylvain ; 400 fr. à Soliers ; 300 fr. à Reviers ; 400 fr. à Putot-en-Bessin ; 400 fr. à Saint-Pierre-Azif ; 500 fr. à Saint-Ouen-le-Houx ; 300 fr. Orbois ; 500 fr. à Moulines ; 800 fr. à Saint-Martin-de-Fresnay ; 500 fr. à La Lande-sur-Drôme ; 300 fr. à Les Iles-Bardel ; 200 fr. à Grandcamp ; 1000 fr. à Croissanville ;400 fr. à Cairon ; 500 fr. à Bures ; 400 fr. à Beuvron ; 300 fr. à Bény-Bocage ; 500 fr. à Saint-André-d'Hébertot ; 300 fr. à Saint-Aignan-de-Cramesnil ; 200 fr. à Saint-Vaast ;500 fr. à Ver ; 4000 fr. à Saint-Pair ;  4000 fr. Saint-Laurent-du-Mont ; 5000 fr. à Touques.  

 

Novembre 1870   -  Fait divers.   -   Nous apprenons que M. le Préfet du Calvados vient de nommer M. Vitet président de la commission municipale de Saint-Laurent-du-Mont, et M. Fleuriel président de la commission municipale d'Auquainville, en remplacement de MM. Lefèvre et Doublés, qui ont été relevés de leurs fonctions.  

 

Mai 1890  -  Deux hommes tués par l’orage.  -  Vendredi soir, un violent orage s'est fait ressentir sur le Calvados. Dans un champ situé à St-Laurent-du-Mont, près Mézidon, les nommés Antoine Davy, 70 ans, cultivateur à Cambremer, et Eugène Hesnard, 33 ans, journalier au même endroit, s'étaient réfugiés sous un poirier où ils s'étaient mis à l'abri. Le lendemain, on les a trouvés morts. L'enquête a démontré que la foudre était tombée sur eux et les avait foudroyés.  

 

Août 1901   -   Accidents mortelles.  -  Le sieur Charles Barrassin, 63 ans, cultivateur à St-Laurent-du-Mont, arrondissement de Lisieux, tassait du foin sur une voiture lorsque, par suite d'un faux mouvement, il tomba sur le sol. Le malheureux est mort le lendemain des suites de ses blessures.

— Pierre Dorange, 15 ans, demeurant à Trouville, était monté dans un canot, avec deux camarades, pour faire une promenade en mer. Un coup de vent fit chavirer l'embarcation et Dorange, qui ne savait pas nager, s'est noyé. Ses deux compagnons se sont sauvés à la nage. (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Novembre 1936  -   Le martyre d’un enfant.  -  En tournée dans la commune de Saint-Laurent-du-Mont, les gendarmes de Cambremer apprenaient qu'un enfant de 6 ans, le jeune Henry Leroy, était victime de mauvais traitement de la part de son père et de la concubine de celui-ci, une veuve Mesnil, chez laquelle il se trouvait à Saint-Pair-du-Mont. Les gendarmes se rendaient dans cette localité et interrogeaient les habitants. Unanimement, il leur était déclaré que la vie du garçonnet n'était qu'un long martyre. Fréquemment frappé au visage avec brutalité, l'enfant, terrorisé, demeurait des heures entières sans bouger, accroupi dans un coin. Tel voisin affirmait qu’il avait vu la veuve Leroy, par un froid matin, jeter le pauvre petit dans une cuve d'eau, tel autre que le petit Henri avait été, un jour, si violemment frappé par son père qu'à différentes reprises il était tombé. 

Au domicile de la veuve Mesnil, les gendarmes trouvèrent l'enfant qui n'osa pas répondre à leurs questions en présence de la marâtre. il portait des plaies purulentes au visage et au mollet droit, ainsi que des ecchymoses au bras et sur diverses parties du corps. La veuve Mesnil reconnut que le garçonnet était parfois brutalisé, mais elle en accusa son amant, précisant qu'il y a quelque temps, ce dernier avait jeté son fils dans la cour de l'habitation puis dans le grenier avec une telle force que l'infortuné bambin, assommé, avait du garder le lit durant six semaines. Leroy a rejeté sur sa maîtresse la responsabilité des violences. Il a avoué toutefois que lorsqu'il était ivre, il frappait quelquefois un peu fort. Dès poursuites seront engagées. (Source  : Le Moniteur du Calvados)

 

Octobre 1938   -   Parce qu’il voulait sortir le soir….   -   En l'absence de ses parents, le jeune Roger Mesnil, demeurant à Saint-Lauren-du-Mont, s'est tiré un coup de fusil de chasse dans la région du foie. Il a été transporté à l'hôpital de Lisieux dans un état grave. 

Le jeune Mesnil aimait beaucoup sortir le soir, et ses parents lui avaient fait une observation à ce sujet. On suppose que c'est là l'origine de son acte de désespoir. (Source  : Le Moniteur du Calvados)  

 

Novembre 1938   -  La mort d’un jeune désespéré.  -   Nous avons signalé la tentative de suicide du jeune Roger Mesnil, 16 ans, ouvrier couvreur, travaillant chez ses parents. Pour des raisons inconnues, ce jeune homme s'était tiré un coup de fusil de chasse, se blessant très grièvement au foie.

Transporté à l'hôpital de Lisieux, le pauvre jeune homme a succombé à ses graves blessures. (Source  : Le Moniteur du Calvados)  

 

Juin 1939   -   Accident mortel de bicyclette.  -  Jeudi, vers 17 h. 30, M. Amédée Marie, 53 ans, domicilié à Mondeville, employé à la Société Electrique de Caen, quittait la propriété de M. Sémama où il travaillait, pour se rendre à bicyclette dans un chantier situé à Crèvecœur-en-Auge. Il emprunta à cet effet la route de Paris. Comme il descendait la grande côte de Saint-Laurent-du-Mont, près de Cambremer, en direction du Carrefour Saint-Jean, il se trouva soudain emporté par la descente, et, malgré tous ses efforts, il perdit le contrôle de sa machine.

A la suite d'un dérapage, le malheureux alla s'abattre sur le côté gauche de la Chaussée, devant la propriété de M. Eudeline, où, l'an passé, se produisit déjà un accident mortel. Il resta inanimé, perdant son sang en abondance, jusqu'au moment où il fut secouru par un cantonnier, qui, entre temps, avait fait appeler le docteur Galichère, de Bonnebosq.

Le malheureux fut relevé avec une fracture du crâne, deux côtes enfoncées, une fracture du coude, et des contusions multiples.

Transporté d'urgence à la clinique de la Miséricorde, de Caen, le blessé, qui est, marié et père de deux jeunes filles, succomba. (Source  : Le Moniteur du Calvados)

 

Décembre 1944   -   La dénonciatrice a pris le large.  -   En septembre 1941, la feldgendarmerie se présentait au domicile de M. Charles Cauchard, agriculteur et maire de Saint-Laurent-du-Mont et y découvrait une carabine. Arrêté, M. Cauchard fut condamné à 2 ans de travaux forcés. Une autre perquisition, effectuée chez M. René Hébert, adjoint, ne donna aucun résultat.

On recherche activement l'auteur des dénonciations, une femme qui a disparu de la commune.  

 

Mars 1947  -  Dans la cave aux eaux-de-vie….     De M. Georges Augustin, cultivateur, à Saint-Laurent-du-Mont, trois fûts de 450 litres, d’une valeur de 135 000 fr., ont été volés, la nuit. Des quatre chiens de garde, pas un n’avait donné l’éveil. (Source  : Le Bonhomme Libre)

ST-LAURENT-DU-MONT  -  Carrefour des Trois-Rois.

St-LAURENT-DU-MONT (Calvados)   -  Les Trois-Rois.

St-LAURENT-DU-MONT (Calvados)

St-LAURENT-DU-MONT (Calvados)   -  La Station Services

SAINT-LAURENT-DU-MONT   -   Café des Trois-Rois

Commentaires et informations : Facebook @